Logo de la startup YRCASH

La startup Yrcash a conçu une solution logicielle afin de digitaliser les opérations liées au paiement de vos clients.

Que proposez vous ?

La solution logicielle Yrcash propose aux entreprises une plateforme qui rassemble trois fonctionnalités essentielles pour leur santé financière, depuis l’émission des factures, l’encaissement, au recouvrement.

Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

Dans le contexte règlementaire qui encadre la dématérialisation des entreprises et dans la tendance plus générale de transformation digitale des entreprises, notre préoccupation quotidienne de recherche des axes de développement pour les activités du groupe a trouvé avec le projet Yrcash un prolongement naturel aux services que nous opérons sur le poste clients.

En proposant une solution unique pour la dématérialisation des factures, leur règlement en ligne, et le suivi de la trésorerie clients, nous confortons la logique d’anticipation des difficultés déjà appliquée dans nos services, pour le mieux-être financier des entreprises.

Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?

Le premier client utilisateur d’Yrcash a été mis en production le 28 février 2019. Le développement du projet repose sur un auto-financement par le groupe grâce à de l’emprunt bancaire. Le point d’équilibre financier devrait être atteint à la fin de l’année 2020

A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

L’entreprise qui utilise Yrcash met à la disposition de ses clients une plateforme numérique qui lui permet de communiquer ses nouvelles factures, de consulter les anciennes (archivage à valeur probante), et de les payer en ligne.

Quel est votre cœur de cible ?

Sont particulièrement visées les entreprises émettant un grand nombre de factures chaque mois, surtout si le montant moyen n’est pas très élevé. Exemple : les entreprises de distribution ou certaines entreprises de services.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Grâce à une stratégie SEO efficace ainsi que des moyens de communication adéquates .

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?

L’accès à la plateforme se fait par abonnement mensuel, selon le nombre de factures traitées.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Nous travaillons avec la technologie de la société Lyra (pour le paiement en ligne) et Serensia pour l’archivage.

Quels sont vos besoins ?

De la visibilité sur le web principalement

Quels sont les plans pour votre startup (revente, Ipo, rien du tout) ?

Il s’agit d’une start-up à l’intérieur du groupe YRCAM, qui vient compléter et alimenter l’activité historique des autres sociétés du groupe. L’objectif est donc de développer en interne du groupe le plus loin possible cette start-up, sans trop la dissocier des autres activités. S’il doit y avoir une ouverture sur l’extérieur, c’est plus dans le cadre de partenariat technique ou commerciaux.

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

Esker, Dunforce

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Outre la prise en main globale et sécurisée, Yrcash est un outil multifonctions avec une simplicité d’usage. De plus, la plateforme a été développée dans le contexte d’un groupe déjà existant (Yrcam), spécialisé dans la gestion du poste client.

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

Où voyez-vous votre startup dans un an ?

Nous devrions dépasser les 100 clients; atteindre un chiffre d’affaires de 1M d’€ et être organisés pour gérer les évolutions demandées par le marché et les clients.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 24 June 2019 par Estevez Quentin

Vous êtes entrepreneur ? Pour ajouter votre startup, il suffit de remplir ce questionnaire
Entrepreneurs :
Bruno BLANC FONTENILLE, Pierre Emmanuel LANGLOIS
Employés : 2

Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: