Logo de la startup foodora

Update : La startup de livraison de repas Foodora a fermé son activité française en Septembre 2018.
Toutes les infos : https://fr.wikipedia.org/wiki/Foodora

Il semble que le marché de la livraison de plats cuisinés fasse des émules et que le secteur soit chaud bouillant. Voici Foodora qui débarque, financé par rien d’autre que Rocket Internet pour venir prendre sa part du gâteau !

Que proposez-vous ?

Incubée par Rocket Internet, foodora est un nouveau service de livraison à domicile qui permet de se faire livrer en 30 minutes maximum, par des coursiers à vélo, les plats des restaurants préférés des Parisiens…et bientôt des Européens ! Schwartz’s Deli, Frenchie to Go, Mian Fan, King Marcel, Focassina, Nanashi, Au Coin Bio…foodora compte (déjà) à ce jour plus de 250 restaurants partenaires.

Comment avez-vous eu l’idée ?

Nous avons eu l’idée de cette startup après avoir été déçus des services de livraison à domicile. Comme de nombreux consommateurs nous avons vécu une mauvaise expérience dans le passé : des plats arrivant froids, de mauvaises qualités et des délais de livraison beaucoup trop longs.
Nous souhaitons réinventer la livraison et donner envie aux consommateurs.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

Tout le monde mange 2 à 3 fois par jour et dans les grandes villes, nous prenons de moins en moins de temps à cuisiner. Le potentiel du marché de la livraison à domicile est donc énorme (90 Md € de CA) et reste sous-exploité sur Internet.
Nous souhaitons donner une nouvelle image à la livraison et existant déjà aux Etats-Unis, cela a contribué à la création d’un marché qui n’existe pas encore réellement en France.

Depuis combien de temps avez-vous commencé ce projet ?

Foodora a été fondée en octobre 2014 puis lancée sur le marché français en avril-mai 2015.

A quel besoin répondez-vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

Nous nous adressons à des personnes qui apprécient les bons plans qui leur facilitent la vie mais qui n’ont pas nécessairement le temps ou la patience de cuisiner. Nous faisons venir les plats jusqu’à eux…en 30 minutes maximum.

Quel est votre cœur de cible ?

Nous nous adressons à toutes les personnes qui aiment manger mais qui n’ont pas toujours le temps de cuisiner. Nous leur proposons de leur livrer leurs restaurants préférés, où ils veulent dans Paris (chez eux, au bureau ou dans un parc), de façon ultra rapide (moins de 30 minutes) et de manière 100% écologique.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Nous avons démarré une campagne RP pour accompagner notre lancement médiatique et organisons régulièrement des opérations spéciales pour booster notre visibilité : distribution de Mister Freeze sur les Quais de Seine, dégustation de plats de nos partenaires, etc. Nous testons tout ce qu’il est possible de faire pour disposer de la meilleure visibilité possible auprès des médias, certes, mais aussi et surtout auprès des consommateurs. Objectif : séduire de nouveaux restaurants partenaires et faire en sorte que les consommateurs aient envie de tester foodora.

Quel est le business model? Comment gagnez-vous de l’argent ?

Il existe deux sources de revenus :
Premièrement, les frais de livraison de 2,49€ par commande (les frais les moins chers du marché de la food tech).
En second lieu, une commission de la part des restaurants, sur les plats commandés via notre plateforme Internet (taux de 30%).

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Nous utilisons un algorithme sophistiqué qui nous permet de garantir des livraisons dans les meilleurs délais possibles. En fonction de l’emplacement du consommateur (affamé !), l’algorithme déterminera le coursier à vélo le plus proche de là où se trouve le consommateur.

Quels sont vos besoins ?

Nous recherchons à développer notre réseau de restaurants partenaires et faire en sorte que le « réflexe foodora » ait été adopté par le plus grand nombre de gourmets.

Quels sont les plans pour l’entreprise (revente, Ipo, rien du tout) ?

Nous sommes une startup hyper dynamique et envisageons de nous développer très rapidement en :
– ouvrant de nouveaux arrondissements,
– lançant de nouvelles fonctionnalités et services,
– en proposant davantage de restaurants partenaires sur notre plateforme,
– en lançant le service dans les principales villes de France…. Lyon d’ici la fin de l’année
…tout ça le plus vite possible !

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

– Deliveroo
– Take Eat Easy
…concurrents qui se sont lancés sur le marché français quelques mois avant nous

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Nous travaillons uniquement avec les restaurants préférés des Parisiens qui ne permettent pas en temps ordinaire la livraison à domicile.

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

Notre livraison se fait en moins de 30 minutes, et est 100% écologique car 100% à vélo et effectuée par des livreurs triés sur le volet. Et enfin nos frais de livraison, avec 2,49€ nous sommes les moins chers du marché.

Où voyez-vous l’entreprise dans un an ?

L’objectif de Rocket Internet est de créer la « Global Online Takeaway Group » (GOTG), le leader mondial de la livraison de repas à domicile. Rocket a levé plus d’un milliard d’euros au cours des 6 derniers mois pour atteindre son objectif. Foodora étant l’unique représentant de la GOTG en France, nous espérons devenir leader sur le marché parisien d’ici 6 mois et être présent dans les 5 plus grandes villes de France en moins d’un an.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 19 December 2018 par Boris Mittermüller

Vous êtes entrepreneur ? Pour ajouter votre startup, il suffit de remplir ce questionnaire
Entrepreneurs :
Boris Mittermüller
Employés : Une dizaine à Paris
Levée de fond
Pas encore de levée de fonds effectuée

Retrouvez toutes les autres startups de Paris


Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: