Startup

Happybreak

 

Logo de la startup Happybreak

Je crois qu’happybreak tient un bon concept : une carte de réduction pour passer du bon temps dans des hôtels de charme, le tout alors qu’il n’y a pas d’enfant car c’est en période creuse !

Que proposez vous ?

Nous proposons de voyager moins cher en voyageant en décalé.
La carte Happybreak accorde – 50% sur le prix de la saison en illimité pendant 1 an. Elle est valable pour 2 personnes sur des formules avec dîner sur une sélection d’hôtels indépendants. Pour bénéficier de cette réduction, une seule condition : voyagez en décalé !

Comment avez vous eu l’idée ?

Je suis parti d’un constat : chaque année des hôtels indépendants ferment leurs portes en France, principalement en province, parce qu’ils ne parviennent pas à atteindre un taux de remplissage moyen annuel de l’ordre de 40 à 50 %. Les restrictions budgétaires dans les entreprises, qui affectent le tourisme d’affaires, et plus largement la crise, qui incite les gens à partir moins souvent, expliquent cette baisse de fréquentation. Pour aller contre cette tendance, je propose aux hôteliers de faire venir des touristes dans leurs hôtels pendant les périodes creuses, moyennant un effort tarifaire substantiel.

Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

J’ai toujours voulu créer ma société mais devant les belles opportunités professionnelles qui se présentaient à moi, j’ai à chaque fois repoussé l’échéance. Après 1 an de réflexion au cours d’un voyage à travers les Amériques, j’ai décidé d’enfin franchir le pas en créant la carte Happybreak.

Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?

La société a été créée en juillet 2014 avec un budget de départ de 310 000 euros en fonds propres par Arnaud Lecherf et Mélanie Renaudin. Après 7 mois indispensables à la prospection hôtelière et à la réalisation du site, la commercialisation de la carte a débuté en avril 2015.

A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

Happybreak est un nouveau modèle pour le client. Il bénéficie de 50% de réduction fixe sur le prix de la saison sur une sélection d’hôtels de charme dîner compris. Une fois la carte achetée, il bénéficie de 100% de l’effort consenti par l’hôtelier car nous ne prenons aucune commission auprès des hôteliers.

Quel est votre cœur de cible ?

Nous nous adressons à toutes les personnes qui ont la possibilité de voyager en décalé. Notre cœur de cible sont les seniors qui n’ont plus d’enfants à charge et qui peuvent donc partir en dehors des vacances scolaires.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Parce qu’un essai vaut mieux qu’un long discours, notre objectif est de proposer à tous ceux qui le souhaitent une offre d’essai de 3 mois. Début mars 2016, nous avons également participé au salon du tourisme Mahana de Lyon. Enfin, nous avons un attaché de presse en contact régulier avec la presse nationale et régionale afin d’obtenir des parutions.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?

Notre business model est basé sur la vente des cartes Happybreak au prix de 79,90€. C’est actuellement notre unique source de revenue car nous ne prélevons aucune commission auprès des hôteliers.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Notre site Internet est développé sur Drupal.

Quels sont vos besoins ?

Actuellement, nous mettons en place une levée de fonds de 400 00 € pour accélérer le développement de notre start-up.

Quels sont les plans pour l’entreprise (revente, Ipo, rien du tout) ?

À terme, mon objectif est de dupliquer le modèle sur les marchés voisins : l’Italie, l’Espagne et le Portugal. Mais je ne ferai rien avant 3 ans, car nous devons tout d’abord bien installer le concept en France. Cette précision étant donnée, je souhaite effectivement proposer des cartes Happy Break aux habitants de ces 3 pays, en proposant aux hôteliers des accords identiques à ceux que nous avons en France. Bien entendu, les porteurs de carte pourront réserver des chambres dans les hôtels des autres pays où nous serons implantés, mais notre concept est prioritairement axé sur un tourisme local.

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

Nos principaux concurrents sont les discounters comme Voyage Privé ou Very Chic mais également tous les OTA qui font des promotions.

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Nous sommes les seuls en France à proposer une réduction fixe de 50% sur une sélection d’hôtels de charme dîner compris. À la différence de Booking et des autres OTA, nous ne proposons que des hôtels sélectionnés pour leur qualité. De plus, nos offres comprennent la nuit et le dîner, nous ne prenons aucune commission auprès des hôteliers et ne pratiquons pas l’allotement.
Un autre concurrent pourrait être la carte Accord mais elle n’offre que 15% de réduction sur le plein tarif, elle est deux fois plus chère que la carte Happybreak et n’est valable que dans les hôtels du groupe Accord. Chez Happybreak, nous avons fait le choix de ne travailler qu’avec des hôtels de charme indépendants.
Enfin, des sites comme Voyage Privé, VeryChic ou Vente Privée Voyages proposent des offres très attractives mais celles-ci sont limitées dans le temps et avec un faible choix de dates disponibles et d’hôtels en France.

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

Nous proposons une réduction fixe de 50% sur le prix public de la saison et nous effectuons une sélection très minutieuse de nos hôteliers partenaires.

Où voyez-vous l’entreprise dans un an ?

Dans un an, nous espérons avoir une dizaine de salariés, 250 hôtels partenaires en France, un CA de 400 000€ pour 30 000 cartes vendues.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 13 April 2016 par Arnaud LECHERF

Startup fondée par :
Arnaud LECHERF & Mélanie RENAUDIN
Employés : 6
Levée de fond
400 000€

Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente