Logo de la startup Pourquoi traduire le site / ou l’application de sa startup ?

Pourquoi traduire le site / ou l’application de sa startup ?

#blog Dernière mise à jour : 27/01/2021

Partage cet article sur les réseaux

En guise d’introduction, laissez-nous vous présenter deux postulats :

Certains sites ou applications ne devraient pas être traduits dans le sens où leur cible est uniquement la population francophone. Mais cela ne représente que très peu de cas.

On ne traduit pas n’importe comment. En effet, il convient de se demander s’il y a un intérêt certain à développer la visibilité de sa startup auprès d’une population plutôt qu’une autre.
Par exemple, l’Allemand n’est parlé que de 5 pays en plus de l’Allemagne. Bien qu’il y ait un excellent niveau de vie dans ces pays. Cette population ne représente que 100 millions de personnes. Et il y a une forte probabilité pour voir apparaître (s’il n’existe pas déjà) un concurrent, étant donné que l’Allemagne est lui aussi un terreau fertile pour les startups.

Lorsqu’on s’exporte à l’international, selon son activité, il peut y avoir des problématiques légales beaucoup plus complexes qu’en France. Par ailleurs, cela peut impliquer aussi la mise en place d’un country-manager qui pilotera l’activité sur place.
Ce genre de déploiement nécessite un peu de temps et surtout un “rodage”. Il est souvent impossible de se lancer dans de nouveaux pays toutes les semaines. Il est donc important de bien choisir sa prochaine destination !

Que gagne-t-on à traduire (ou localiser) le site web de sa startup ?

1/ Plus de trafic
Le fait d’avoir une startup avec des sites en différentes langues, vous permet de ranker sur les différentes versions de Google. (Et Bing aussi… si vous le souhaitez :)
En proposant un site web dans différentes langues, vous encouragez un plus grand nombre de personnes dans différents pays à utiliser votre site, ce qui vous permet non seulement de générer du trafic, mais aussi de générer davantage de leads ou de ventes. Évidemment, il convient de lire les recommandations de Google afin de correctement signaler les différentes versions traduites.

2/ Un meilleur CTR
Le fait de proposer du contenu dans la langue maternelle de vos visiteurs est primordial.
C’est le résultat de l’étude du CSA “Can’t Read, Won’t Buy” (Si je ne peux pas lire, je n’achète pas)

65% des clients préfèrent le contenu dans leur langue
73% veulent des avis sur les produits dans leur langue
40% n’achèteront pas sur un site qui est dans une autre langue.

De plus les utilisateurs sont susceptibles de passer plus de temps sur un site web s’il est dans leur langue maternelle. Et donc ils sont plus susceptibles d’acheter quelque chose.

3/ De la croissance !
Bien que le déploiement dans un nouveau pays et dans une nouvelle langue représente un coût non négligeable, le fait de s’adresser à une toute nouvelle cible est financièrement très lucratif.
D’ailleurs l’internationalisation d’une startup fait partie des caractéristiques définissant la Scale-Up.

Globalement, pour estimer le ROI de la traduction du site web de votre startup, il suffit d’étudier en détails le marché cible pour estimer l’activité que vous aurez en prenant soin de retrancher les coûts de traductions.
Petits conseils :

Ne vous focalisez pas uniquement sur la traduction. Selon le pays cible, il faudra remettre à jour le ton employé ou encore l’UX de vos pages.

Vérifiez que tous les éléments du service client ont été correctement traduits. De nos jours, les clients utilisent tous les canaux possibles pour vous contacter (surtout si c’est pour se plaindre:). Pensez aux Chatbot, réseaux sociaux etc etc. A défaut de tout créer une nouvelle version à chaque nouvelle langue, il faut au moins proposer un point de contact.

Si vous avez beaucoup de contenus, et que vous souhaitez tout de même lancer un site dans une nouvelle langue, vous pouvez commencer avec les pages qui génèrent le plus de CA, et poursuivre la traduction au fur et à mesure que l’activité se développe.
Comment traduire son site ou son app ?

Soit vous le faites tout seul et vous ne travaillez pas sur le reste pendant tout ce temps là.
Soit vous faites appel à un professionnel, comme une agence de traduction spécialisée comme Global Voices.
Si vous avez déjà identifié votre country manager, vous pouvez le charger de la traduction comme premier chantier. Mais il faudra tout de même vérifier les petits détails.

Concernant les outils de traduction automatique, c’est la solution la moins recommandée. Notamment car les outils de traduction ne sont pas au top et vous prenez le risque d’induire vos clients en erreur.

Évidemment, le coût de la solution est déterminant dans votre choix, mais rappelez-vous qu’il s’agit de séduire vos futurs clients… et que la qualité a un prix !

Cet article est ‘très discrètement’ sponsorisé :)