PhDTalent

le PhDTalent Career Fair : 150 entreprises et 5 000 PhD attendus au plus grand forum mondial de recrutement pour doctorants et jeunes docteurs

 

Le PhDTalent Career Fair, le RDV de l’excellence pour les PhD, entreprises et stratups

PhDTalent a construit le PhDTalent Career Fair afin qu’il soit un lieu de rencontre, avec des stands de recrutement tenus par des grands groupes, des PME et des startups, des conférences corporate au cours desquelles les entreprises font découvrir leurs métiers et leurs process de recrutement. Deux concours rythmeront également cette journée. Le concours « Pitch & hire your Dotcor », qui consiste à mettre en compétition des startups de tous les secteurs d’activité désireuses d’attirer des PhD. Et le concours de « pitch de professionnels de l’ABG », qui met en compétition les PhD souhaitant collaborer avec le secteur privé. Enfin, en fond de toile, des espaces de networking seront à la disposition des participants, ainsi que des ateliers de création d’entreprises dédiés aux PhD

« PhDTalent a entrepris de catalyser cette rencontre entre ces deux univers, en construisant des ponts entre monde académique et monde industriel. L’idée est de faciliter les échanges et de permettre aux acteurs clés d’accompagner et de porter les transformations de nos modes de production. Il est essentiel que les acteurs de l’innovation et de la croissance initient un changement conceptuel et culturel pour être à la hauteur de cet enjeu. », explique Florian Andrianiazy, DG de PhDTalent.

Le Boston Consulting Group – BCG – conseil spécialisé en stratégie et en management, se réjouit de participer à nouveau à cette année. « Pour nous le PhDTalent Career Fair, c’est l’occasion de rencontrer des profils très diversifiés. Nous apprécions particulièrement l’ouverture et le professionnalisme de ce forum. Nous recrutons maintenant depuis 5 ans des docteurs, car le métier du conseil repose sur l’idée de trouver des solutions aux problèmes complexes exprimés par les sociétés, par un travail d’analyse factuelle. Démarche proche de la démarche scientifique des PhD qui ont un grand atout, c’est le goût de l’analyse menée de façon rigoureuse. Les PhD que nous avons pu recruter sont des personnes créatives et s’adaptent très bien à nos équipes en place. », explique Anne-Françoise Ruaud, PhD chez BCG.

L’ABG (Association Bernard Gregory) et ses partenaires, PhDTalent, la CASDEN Banque Populaire et l’ANDès, lancent la 5e édition du concours de pitch professionnel ABG qui récompense les pitchs les plus percutants des jeunes chercheurs venant de toute la France. Cette année, le rendez-vous est donné le 18 octobre 2019 au cœur du PhDTalent Career Fair. Les candidats ayant franchi la phase de présélection se produiront lors du forum du 18 octobre 2019. Ils disposeront de 120 secondes pour convaincre un jury de chefs d’entreprises et cadres et le public, en exposant leurs expériences de recherche et professionnelle, le tout, en rivalisant de clarté et de concision. Pour tenter sa chance, chaque participant – docteur ou doctorant en fin de doctorat – enverra par courriel une vidéo de son pitch, avant le 27 septembre inclus. Après sélection par un premier jury, les finalistes seront notifiés avant le 4 octobre septembre et coachés gratuitement par l’ABG en vue de la finale. « Nous avons l’habitude, au cours des formations que nous animons, de dire aux doctorants et aux docteurs, qu’il est extrêmement important de savoir bien se présenter face aux employeurs, mais également au cours des entretiens réseau. Et pour cela il est essentiel de savoir (se) pitcher ! C’est tout le sens de ce conours. », explique Ouissame Benfaida, chargé de la communication chez ABG consulting group. Vidéo « L’ABG où docteurs et entreprises se rencontrent » filmée au cours des éditions 2017 du PhDTalet Career Fair et du Concours de Pitch Professionnel de l’ABG.

Les temps frots du PhDTalent Career Fair 2019* Madame la ministre Frédérique Vidal prononcera un discours d’ouverture dès 10h et assistera à la première table-ronde, aux côtés de Pascale Ribon, directrice Deeptech chez BpiFrance, Mostafa Terrab président-directeur général du Groupe OCP ou Hicham El Habti, Secrétaire Général de l’Université Mohamed 6 Polytechnique et un entrepreneur DeepTech.

L’objectif de cette table ronde est de présenter le plan DeepTech lancé en 2019 par le gouvernement et les initiatives iPhD et Deeptech Tour qui ont pour objectifs de promouvoir l’entreprenariat via les innovations de rupture en France.

L’OCP, leader mondial sur le marché des phosphates et acteur majeur du transfert de technologies du secteur académique vers le secteur privé viendra présenter comment la recherche est valorisée hors de nos frontières. La thématique plébiscitée du « CIR et Start-ups/PME, un levier de croissance » fera également l’objet d’une table-ronde. Et les remises des prix des concours « pitch de professionnels de l’ABG » et « Pitch & hire your Dotcor », auront lieu en fin de journée.

Les Crédits d’Impôts Recherche, en faveur du recrutement des doctorants et jeunes docteurs
Le Crédit Impôt Recherche – CIR – a été transformé afin d’inciter les entreprises à investir dans des travaux de recherche et développement. Or, pour faire de la « bonne recherche », il est nécessaire de collaborer avec des chercheurs. Plusieurs dispositifs au sein du CIR facilitent le recrutement de ces profils.
→ Les dispositifs d’aide à l’embauche :
Depuis l’arrivée au pouvoir du nouvel exécutif, de nouvelles règles liées aux effectifs de chercheurs sont apparues. En effet, un amendement porté par Amélie de Montchalin – Secrétaire d’Etat en charge des affaires européennes – et voté en projet de loi de finances 2018 a contraint les entreprises déclarant plus de 100 millions d’euros de dépenses en CIR à faire état de leurs recrutements de doctorants et docteurs. D’abord limitée à moins de 30 entreprises, cette mesure a été élargie à plusieurs centaines d’entreprises en projet de loi de finances 2019 en abaissant le seuil à 2 millions d’euros de dépenses déclarées en CIR. Ce seuil est amené à baisser jusqu’à la fin du quinquennat pour éventuellement concerner l’ensemble des entreprises déclarant du CIR.

« Dans la continuité de ces mesures, il n’est d’ailleurs pas inenvisageable que l’attribution du CIR soit conditionnée, à court terme, par le recrutement de profils formés par la recherche. », développe Florian Andrianiazy.

Afin de se préparer à cette éventualité, voici quelques dispositifs pouvant aider les entreprises à recruter ces profils.

Les thèses CIFRE

Opéré par l’ANRT – Association Nationale de la Recherche et de la Technologie – le dispositif CIFRE – Conventions Industrielles de Formation par la Recherche – permet aux entreprises de mettre en place des thèses au sein de leur organisation à travers des conventions tripartites entre l’entreprise ellemême, le futur doctorant et un laboratoire académique partenaire assurant l’encadrement scientifique du doctorant. Pour chaque CIFRE mise en place, l’entreprise s’engage à rémunérer le doctorant au minimum 23 484 € brut par an. En contrepartie, l’ANRT octroie une subvention de 14 000€ par an, sur 3 ans. Le reste à charge est éligible au CIR. Point de vigilance : la collaboration avec le laboratoire académique engendre des frais supplémentaires, en moyenne de l’ordre de 10 000€ par an. Cependant, sous conditions, ces frais peuvent être intégrés à l’assiette du CIR pour le double de leur montant réel, soit un coût réel d’environ 4 000 € par an après crédit d’impôt.

Le dispositif “jeune docteur”

Afin de convaincre les entreprises à recruter des profils formés à la recherche par la recherche, le législateur a mis en place un dispositif extrêmement incitatif pour l’embauche de jeunes docteurs – tout docteur n’ayant pas occupé un poste en CDI, ayant réalisé 2 ou 3 post-docs. Pendant les deux premières années suivant l’embauche d’un jeune docteur, son employeur peut intégrer forfaitairement 400% de son salaire brut chargé dans l’assiette du CIR – 200% au titre des frais de personnel et 200% au titre des coûts d’environnement. C’est-à-dire qu’après crédit d’impôt, l’employeur perçoit un remboursement de 120% du salaire brut chargé du jeune docteur pendant deux ans.

« D’autre dispositifs permettant un engagement moins important qu’une thèse CIFRE ou un recrutement en CDI si l’entreprise souhaite se faire un avis sur ces profils. Il s’agit des missions doctorant-conseil. », révèle Florian Andrianiazy.
Mises en place il y a une dizaine d’années, les missions doctorant-conseil permettent aux entreprises de faire appel à l’expertise de doctorants sous la forme de missions de conseil – état de l’art, veille technologique, étude de faisabilité, analyse de données, etc. Pour un maximum de 32 jours par an et par doctorant, ce dispositif permet donc aux entreprises de simultanément faire avancer un projet et de prendre la mesure de la valeur ajoutée des profils issus de la recherche. Facturées par l’établissement de rattachement du doctorant, ces missions peuvent, sous conditions, être comptées pour le double de leur montant dans l’assiette du CIR.

Dans le cadre du développement de son activité de missions d’expertise, PhDTalent met en place des partenariats avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche accueillant des doctorants – universités, écoles d’ingénieur et écoles de commerce – afin de proposer aux entreprises un large panel d’expertises et faciliter la contractualisation de ces missions.

Cette news a été mise à jour le 11 September 2019 par PhDTalent

Vous êtes entrepreneur ? Pour ajouter une news, il suffit de remplir ce questionnaire
Entrepreneurs :
Dounia Belghiti et Florian Andrianiazy
Employés : 7

Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: