Home > Startup > KELEPOQ

Logo de la startup

KELEPOQ

#Startup #B2B #B2C #Beauté mode maison #Education & Culture Dernière mise à jour : 04/12/2020
  • Fondateurs : Eric Nauleau, Loïc L'Huillier et Camille Boilot
  • Nombre d'employés : 3

La startup KELEPOQ propose des photographies anciennes chinées et restaurées pour votre décoration d’intérieur

DESCRIPTION DE LA STARTUP

Que proposez vous ?


La démarche de KELEPOQ est singulière. L’équipe chine aux quatre coins de l’Europe de vieilles photographies en noir et blanc dans des brocantes, des vides greniers, chez des antiquaires, etc.

Chaque photo est soigneusement sélectionnée selon quatre critères : le thème, l’histoire, le format et l’esthétisme. Ensuite, elles sont confiées aux experts qui les retravaillent, au sein d’un atelier situé en Bretagne, afin de pouvoir les éditer en très grande qualité sans pour autant dénaturer le rendu de la photographie d’origine. Ces photos en open édition, dont les plus anciennes datent des années 1890, gardent ainsi une qualité irréprochable sur les tirages et la finition, afin que chacun puisse s’offrir des photos d’époque de qualité et ce, quel qu’en soit le format.

Au sein de ce même atelier breton, KELEPOQ propose également aux particuliers un service de restauration sur mesure de photographies datant des années 1900. Chacun peut confier ses photos altérées (tâches, moisissures, rayures, plis, déchirures … ) pour leur donner une nouvelle jeunesse.


A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)


Aujourd’hui, les gens investissent de plus en plus dans la décoration de leur intérieur. Dans le même temps, ils recherchent des objets qui ont un vécu, un sens. Avec KELEPOQ et ses 19 collections thématiques (plus de 1000 photos en ligne), ils peuvent avoir une décoration authentique, en lien avec leur passion, qui leur ressemble.


Quelles sont les technologies que vous utilisez ?


KELEPOQ a pour mission de redonner vie aux photos d’autrefois. Fragile, la photo ancienne craint la pollution, l’humidité, la chaleur et un excès de lumière. Les couleurs s’altèrent en cas de variation de température. Afin de garantir une qualité exceptionnelle, KELEPOQ dispose de son propre atelier en Bretagne dans lequel les experts au savoir-faire unique retravaillent les photos sans les dénaturer, en conservant le grain si particulier et spécifique aux photos d’époque.

A partir de tirages photographiques d’époque ou de plaques de verre (utilisées comme support de photographie dès 1850), les experts réalisent un travail minutieux de restauration de chacune des photographies anciennes : traitement des couleurs et des contrastes, suppression des rayures, des tâches et des poussières.


HISTOIRE DE LA STARTUP

Comment avez vous eu l’idée ?


KELEPOQ est d’abord une histoire de famille et d’amitié, fondée par un père, sa fille et un ami d’enfance de la famille. Créée en 2019, KELEPOQ est née de la volonté de ces 3 passionnés de chine, de décoration et de photographies de transmettre et raconter les belles histoires du passé.


Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer cette startup ?


Ce qui nous a convaincus de nous lancer et de créer ce projet est l’énergie, la passion, la fibre entrepreneuriale et la complémentarité de notre trio fondateur.


Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?


Nous avons commencé à travailler sur le projet durant l’été 2019. La société KELEPOQ a été créée en décembre 2019. Le site web marchand www.kelepoq.com est en ligne depuis février 2020.


LE BUSINESS MODEL

Quel est votre cœur de cible ?


KELEPOQ s’adresse aux particuliers amateurs de décoration et aux professionnels tels que les hôtels, les restaurants, les magasins, les décorateurs, les architectes d’intérieur et les showrooms…


Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?


Nous prévoyons d’organiser des jeux concours avec des influenceurs, des expositions adossées à des gros événements malheureusement annulés à cause du COVID (Brest 2020, Vendée Globe, Salon du Cheval) ainsi que des boutiques éphémères (Noirmoutier durant l’été 2020 par exemple).


KELEPOQ chine des photographies des années 1900 et les restaure au sein de son propre atelier afin de pouvoir les tirer en très grande qualité.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?


Ces photographies sont chinées, restaurées dans notre propre atelier et vendues en open edition. Le tirage des photos est effectué par un des plus prestigieux laboratoires photos français. Notre modèle est donc 100% made in France mais également très lean et flexible.


LES AVANTAGES DE LA STARTUP

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)


Nous sommes le premier éditeur de photographies anciennes. Nos principaux concurrents sont des éditeurs de photographies d’art (Yellow Korner, Galerie Lumas, Artphotolimited, Artsper, Pixopolitan, KAZoART). Nos concurrents indirects sont tous les fabricants de décoration murale.


Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)


Nous rendons la photographie ancienne abordable, d’un point de vue sourcing d’abord en chinant les photos pour nos clients, mais aussi d’un point de vue économique en ayant fait le choix de vendre ces photos en open edition. Par ailleurs, nos photographies représentent des scènes de vie dans des univers très variés donc nous proposons une photographie esthétique mais aussi authentique, ce qui permet d’avoir une décoration plus personnelle.


En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?


Nous sommes les seuls à proposer des photographies ayant un supplément d’âme et une histoire car ce ne sont que des photographes anonymes ou des photographes professionnels de l’époque capturant des scènes de vie, ce qui nous démarque des photos d’art, généralement mises en scène.


ET DEMAIN?

Quels sont les plans pour votre startup (revente, Ipo, rien du tout) ?


Pour le moment, nous sommes en pleine phase de développement de notre société.


Quels sont vos besoins ?


Nous nous finançons sur fonds propres, ce qui nous confère une certaine flexibilité et une liberté d’action.


Où voyez-vous votre startup dans un an ?


Nous espérons être suffisamment rentables pour commencer à ouvrir une première boutique. A terme, nous aimerions avoir notre site marchand mais également un réseau de boutiques.