Logo de la startup Vite Mon Marché

Vite Mon Marché

#news Dernière mise à jour : 13/09/2021
  • Fondateurs : Reynald Naulleau
  • Levée de fonds : 5 millions d'euros

Vite Mon Marché s’implante à Toulouse et poursuit son développement avec une nouvelle levée de fonds.

Partage cette bonne nouvelle

Créée en 2018 à Nantes, la start-up implante son deuxième entrepôt à Toulouse, poursuivant sa volonté de démocratiser l’accès aux circuits courts. Vite Mon Marché propose aux toulousains la livraison, directement chez eux et dans la journée, de plus de 1 500 références de produits frais et locaux (fruits, légumes, viandes, vins, crèmerie, épicerie fine, poisson, maison, hygiène…), issus de productions 75% locales et 50% bio. L’entreprise, qui annonce un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros en 2020, accélère son développement avec une nouvelle levée de fonds.

>> Une implantation Toulousaine, de nouveaux partenariats.
Après Nantes en 2018 et Rennes en 2020, l’entreprise s’est implantée dans le Sud-Ouest début juillet, peu de temps après avoir livré sa 100 000ème commande. Reynald Naulleau, son fondateur, sillonne les routes d’Occitanie depuis le début de l’été, pour aller à la rencontre des producteurs et leur présenter la plateforme, ainsi que sa démarche de valoriser les producteurs et leurs produits. Avec aujourd’hui 150 producteurs occitans partenaires, l’entreprise continue d’étendre son offre et de rendre visible les productions régionales, afin de démocratiser les circuits courts et de proposer une offre à la fois profitable pour le consommateur et le producteur local. « Nous voulons mettre en relation le producteur toulousain et le consommateur toulousain, grâce à notre service et à une équipe, elle aussi toulousaine, déjà composée de 5 personnes. Notre objectif premier est de développer l’accessibilité aux circuits courts. Le développement de l’offre dans de nouvelles villes, comme Toulouse, nous permet de venir compléter l’offre : nos clients toulousains pourront commander du muscadet de Loire-Atlantique et du cidre de Bretagne par exemple, et à Nantes et Rennes, ils pourront acheter des abricots, des prunes et d’autres spécialités d’Occitanie » explique Reynald Naulleau, fondateur de Vite Mon Marché.
« Nous préférons aller vers une « origine Jean-Claude d’Albi », c’est-à-dire une origine producteur, plutôt qu’une origine France. La volonté de Vite Mon Marché est de valoriser Jean-Claude et tous nos autres producteurs, le travail qu’ils fournissent derrière leur produit, à travers notre site et notre technologie. Au-delà de mettre en avant le produit, c’est le producteur que nous souhaitons mettre en avant, toujours dans une optique de transparence et de traçabilité. ».

>> Une nouvelle levée de fonds pour poursuivre le développement
L’entreprise poursuit son développement avec une nouvelle levée de fonds. L’objectif : rassembler 5 M € d’ici le début de l’automne, afin de préparer l’installation de Vite Mon Marché dans de nouvelles villes françaises, telles que Bordeaux au premier semestre 2022, puis Lyon, Montpellier, Marseille ou Lille.