Home > Startup > MerciApp

MerciApp

#Startup #B2B #B2C #Tech Dernière mise à jour : 06/04/2021
Logo de la startup MerciApp
  • Fondateurs : Arthur Ollier,Hervé Droit,Eric Ly,Nathan Thomassin, Roger Rainero,Wanda Rzewuski
  • Nombre d'employés : 9
  • Levée de fonds : 850000

La startup MerciApp a conçu un correcteur orthographique qui se charge aussi de votre grammaire et de votre style !

DESCRIPTION DE LA STARTUP

Que proposez vous ?


MerciApp propose un correcteur orthographique avancé qui détecte les fautes d’orthographe, de conjugaison, de grammaire, même les plus poussées.

L’outil s’appuie sur 30 années de recherche et développement en linguistique.


A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)


MerciApp permet à tous les francophones de vérifier leurs contenus écrits, de détecter les fautes, de leur permettre de comprendre leurs erreurs et de proposer des contenus parfaits.


Quelles sont les technologies que vous utilisez ?


Nous utilisons un algorithme de base en C, complété par des langages web pour proposer la correction directement dans les navigateurs Web. MerciApp est la combinaison de recherches en linguistique et en algorithmie et de méthodes de développement web plus classiques.


HISTOIRE DE LA STARTUP

Comment avez vous eu l’idée ?


Arthur Ollier, PDG et fondateur de MerciApp, éditait une solution de prospection commerciale avant de lancer MerciApp. Il a eu l’idée du produit en constatant le nombre de fautes d’orthographe présentes dans les e-mails de prospection qu’il voyait passer au quotidien.


Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer cette startup ?


La communication écrite est cruciale au quotidien. De nombreuses personnes sont desservies par une orthographe imparfaite. MerciApp leur permet d’obtenir un niveau d’expression parfait et de donner à leurs idées la résonance qu’elles méritent.


Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?


La première version de MerciApp est sortie en octobre 2020. Mais le produit est le fruit de 30 ans de recherche en linguistique de deux des cofondateurs.


LE BUSINESS MODEL

Quel est votre cœur de cible ?


Tous les francophones qui écrivent au quotidien, que ce soit dans leur vie personnelle ou professionnelle, et qui souhaitent écrire sans commettre de fautes.


Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?


Nous misons sur la force de notre produit. Depuis notre lancement, nous avons déjà conquis 15 000 utilisateurs, et ce sans dépenser un euro en marketing.


MerciApp veut permettre aux 300 millions de francophones dans le monde de mieux communiquer en écrivant plus rapidement, sans faute, et avec plus de style.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?


MerciApp propose une version d’essai de 14 jours.

A la fin de cet essai gratuit, les utilisateurs peuvent choisir de rester sur un plan gratuit ou de s’abonner à une version payante plus complète.


LES AVANTAGES DE LA STARTUP

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)


Antidote, Cordial, Scribens, BonPatron


Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)


Nous sommes jeunes et ambitieux !


En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?


Notre technologie de correction, basée sur 30 années de recherche, est unique et assure un niveau de fiabilité inégalé. Nous proposons également une ergonomie soignée, unique dans le domaine.


ET DEMAIN?

Quels sont les plans pour votre startup (revente, Ipo, rien du tout) ?


Notre ambition à court terme est de continuer à nous développer en faisant connaître notre correcteur au plus grand nombre de rédacteurs possibles. A suivre !


Quels sont vos besoins ?


Pas de besoin spécifique pour le moment.


Où voyez-vous votre startup dans un an ?


Nous visons un chiffre d’affaires d’un million d’euros avec un développement dans tous les pays où l’on parle le français, que ce soit en France, mais aussi en Belgique, en Suisse, au Canada, en Afrique francophone, etc.