Logo de la startup Edovino

La startup Edovino vous propose de créer le vin parfait selon vos goûts.

Que proposez-vous ?

Edovino fait tout d’abord le choix de la personnalisation. Le client est ainsi garanti d’obtenir une réponse unique. L’aspect sur-mesure, sans exiger de sa part la moindre connaissance, est apporté par une première dégustation d’étalonnage au cours de laquelle le client doit noter les vins selon le principe du j’aime/j’aime pas (notation hédoniste). Ce procédé lui est donc accessible compte tenu de sa faible connaissance en vin.

Grâce à cette notation qui mesure son goût, notre algorithme transforme ses préférences en profil sensoriel pour établir une « recette d’assemblage » du vin adapté pour lui.

Le client n’a pas à répondre à des questions trop contextuelles ou avec un vocabulaire trop technique. Par exemple : acidité / amertume / tannique. En écoutant seulement son goût, ses préférences, au cours d’une étape ludique et conviviale, il accède à une véritable expérience du sur-mesure. Comme un tailleur le ferait pour lui dans le vestimentaire.

Nous avons étendu par la suite l’offre aux professionnels en réalisant ainsi des cuvées de marque. À l’instar d’un logo qui est une représentation visuelle de l’identité d’une marque, l’assemblage de vin réalisé sera une représentation gustative de cette marque.

Comment avez-vous eu l’idée ?

L’histoire d’Edovino commence avec mon Projet de Fin d’Études (PFE) pour l’obtention de mon diplôme au sein de l’ISEG Marketing & Communication School en 2016.

Je cherchais à développer un projet dans mon secteur de prédilection : le vin. Néanmoins, je voulais amener une véritable innovation de rupture, me baser sur ce dont le consommateur a besoin. Et surtout, créer une
marque et une entreprise qui me ressemble : qui ose casser les codes !

Grâce aux soutiens et l’accompagnement des intervenants de l’ISEG, je suis parvenu à concevoir une offre et un business model pertinent et prometteur. Le projet a été mis en pause après l’obtention de mon diplôme pour des raisons financières et un manque de compétences techniques.

Ma rencontre avec les fondateurs de VitaVinum en juillet 2017 a enfin permis de relancer le projet Edovino. Ils m’apportent en effet tout le savoir-faire technologique web et technique en œnologie qu’il manquait pour finaliser la conception.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

Natif des Monts du Lyonnais et issu d’une famille d’entrepreneurs, je suis passionné d’entrepreneuriat et de vin depuis mon plus jeune âge.

C’est pourquoi j’interviens sur les thématiques de création d’entreprises et de marketing auprès des organismes suivants : PÉPITE Université de Bourgogne-Franche-Comté, 100 000 Entrepreneurs, etc.

En plus d’une première expérience de free-lance dans l’événementiel, j’ai créé deux entreprises : Le Prométhée – arrêt en 2014 par manque de financements pour assurer le développement de la plateforme – et Directive Première que j’ai revendue en 2015. Ces précédentes aventures entrepreneuriales ont à la fois permis de confirmer ma motivation pour la création d’entreprise ainsi que d’acquérir de nouveaux enseignements et compétences pour assurer la pérennité d’un futur projet.

Depuis combien de temps avez-vous commencé ce projet ?

Nous avons commencé à concevoir le projet à partir de Janvier 2018.

A quel besoin répondez-vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

Il est difficile de choisir un vin et le niveau de connaissance n’a jamais été aussi bas chez le consommateur (51% de néophytes). En outre, comment faire valoir ses préférences personnelles dans une offre aussi diffuse, ou seules quelques marques et appellations trustent la visibilité ?

En ce qui concerne les professionnels, c’est avant tout un besoin de différenciation. Le vin est le deuxième le plus plébiscité pour les cadeaux d’affaires. Mais les acheteurs optent toujours pour les mêmes marques ou appellations. Or, personnalisé un cadeau rend l’intention d’offrir d’autant plus forte. C’est en cela qu’intervient Edovino en proposant des cuvées uniques à chaque client, et en personnalisant son étiquette.

Quel est votre cœur de cible ?

Au niveau professionnel, les cibles principales sont les agences événementielles et les revendeurs d’objets publicitaires. Ils interviennent en prescripteur auprès du client final.

Notre cible B2C est un consommateur de vin néophyte ou amateur. Il aime se faire plaisir mais ne veut pas perdre de temps avec tous les codes sophistiqués de cet environnement. Il aime la nouveauté. C’est d’ailleurs un digital buyer.

Enfin, notre offre est également adaptée au marché du mariage en réalisant la cuvée au goût des mariés.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Nous utilisons déjà les réseaux sociaux depuis un an. Pour accroître la notoriété au lancement, nous utiliserons également les canaux de la publicité digitale, des relations presse et influenceurs, de l’événementiel notamment avec un événement de lancement, de la vente en réunion et du marketing direct.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?

Notre business model est celui du fabricant. Nous achetons de la matière première que nous transformons à façon pour obtenir un coffret de vin sur-mesure. C’est ce coffret que le client achète.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Pour créer le vin sur-mesure nous avons hybridé différentes technologies de pompage et embouteillage, couplé à un algorithme pour mesurer le goût du client. Celui-ci sera calculé grâce aux notes que le client attribuera sur une WebApp. La vente se fera quant à elle sur un site e-commerce.

Quels sont vos besoins ?

Comme beaucoup de start-ups nous avons besoins de fonds pour démarrer, d’une équipe talentueuse pour atteindre les objectifs, de clients ouverts d’esprits pour acheter notre innovation, de chance pour que tous les éléments se coordonnent bien, et puis d’une bonne bouteille de vin pour garder la motivation… Ah non c’est bon on a déjà ce qu’il faut !

Quels sont les plans pour votre startup (revente, Ipo, rien du tout) ?

A court terme, de se développement rapidement en France pour aller à moyenne échéance attaquer d’autres marchés internationaux. Pour se faire, nous devrons créer des filiales pour implanter la production dans les territoires cibles. D’autre part, la R&D et développement produit est importante. Nous envisageons d’étendre l’offre sur les effervescents, les spiritueux, etc.

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

Le principal concurrent se nomme Le Col Rose. Il existe également des offres s’approchant : Viniv, B-winemaker.

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Notre principal point de différenciation se situe dans la méthode de connaissance du goût du client. Nous sommes en effet la première offre qui utilise une dégustation de vins pour connaître les préférences du consommateur et donc lui réaliser son vin sur-mesure à partir de ces données. Imaginez solliciter un tailleur pour acheter une robe ou un costume sur mesure. Un questionnaire n’est pas très utile, il faut prendre vos mensurations.

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

L’utilisation d’une dégustation permet de mieux mesurer le goût du client et donc d’être au plus près de ses préférences dans l’élaboration du vin sur-mesure. En outre, cela ne demande aucune connaissance technique pour le consommateur. Il lui suffit d’indiquer une note de préférence.

Où voyez-vous votre startup dans un an ?

Je souhaite qu’Edovino soit rentable d’ici 1 an et de pouvoir recruter au moins 2 personnes entre le commerce et la production.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 13 March 2020 par Alex Bluma

Vous êtes entrepreneur ? Pour ajouter votre startup, il suffit de remplir ce questionnaire
Entrepreneurs :
Alex Bluma & VitaVinum
Employés : 1

Retrouvez toutes les autres startups de Lyon


Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: