Logo de la startup Comitam

On pourrait croire que “la mort est leur métier”, mais c’est bien plus que ça !
Comitam va fêter ses un an dans quelques jours et sort de la première promo de l’Accélérateur pour laisser la place à d’autres startups déjà évoquées ici (woofbox, cupofteach, digikaa,etc.). Camille son fondateur fait un point sur cette aventure originale : proposer du … devis pompes funèbres !
Une startup  “six feet under” prête à décoller.

Que proposez vous ?

Nous proposons aux familles devant organiser des obsèques de recevoir plusieurs devis de pompes funèbres locales gratuitement, rapidement et sans engagement via Internet. Cela concerne tous les aspects du funéraire (obsèques, fin de vie, assurance, sépulture,…)

Comment avez vous eu l’idée ?

Dans une ancienne vie, j’étais consultant et j’ai eu l’occasion de  travailler – entre autres projets – pour une grande entreprise de pompes funèbres. Les idées viennent souvent d’un sentiment de manque.
J’ai été assez sidéré par l’impossibilité pour les familles de trouver l’agence adéquate et parallèlement par l’impossibilité pour le funéraire d’aller chercher de nouveaux clients (on comprend pourquoi!). L’idée de mise en relation a donc été assez naturelle.

Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

Une fois que l’idée a été claire, je savais déjà avoir des contacts et un début d’expertise sur le secteur. Sur le business j’étais confiant puisque je connaissais bien les economics du secteur et que la mort ne connaît pas la crise… Il ne me manquait plus qu’une équipe et de la motivation. Pour l’équipe, j’ai trouvé Matthieu, un associé parfait à tout égard qui a pris la place de CTO. Pour la motivation, elle est venue d’elle même : quand on croit à son projet c’est assez facile.

Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?

Le projet a été lancé le 10 octobre dernier et tout est allé très vite puisque nous avons commencé à travailler ensemble avec Matthieu, l’autre fondateur de Comitam, vers juin-juillet. Pour ma part, cela faisait quelques semaines que je travaillais les soirées à la structuration du projet.

A quels besoins répondez vous ?

Nous répondons à la fois au besoin des familles et à celui des pompes funèbres.
Pour les familles, la difficulté c’est que l’on n’organise qu’environ une à deux fois dans sa vie un enterrement. Du coup on ne sait pas les services que l’on souhaite. Mais on ne sait pas non plus à qui s’adresser. Il doit y avoir environ 100 pompes funèbres à Paris, je connais peu de gens qui savent celle qui est la plus proche de chez eux ! Quand on ajoute à cela de la tristesse, de la précipitation et un tarif important (autour de 4000 euros en moyenne), il y a un vrai besoin d’assistance : devis et hotline. Ce que nous faisons.
De l’autre côté, les pompes funèbres sont très intéressées à avoir de nouveaux clients. Sur les 4000 euros évoqués, ils ont essentiellement des coûts fixes (loyer, employés) car une agence fait peu d’enterrements dans l’année. Chaque “convoi” supplémentaire est donc une véritable aubaine pour eux.

Quel est votre coeur de cible ?

La mort ne fait pas la différence. Nous touchons tous les publics. Et nous nous sommes rendus compte que nous avions autant de personnes recherchant un prix que de familles cherchant simplement de l’aide. Il y a en revanche une dominante des villes grandes et moyennes où il y a moins d’attachement à l’agence locale et où Internet est une évidence pour plus de monde.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

C’est un secteur où il est quasiment impossible de se faire véritablement une marque reconnue et où la publicité traditionnelle ne fonctionne pas. De grandes enseignes l’ont appris à leur dépens. L’achat est peu récurrent (tous les 40 ans), le public est difficile à cibler, les gens n’ont pas envie de retenir un message sur la mort. Du coup Internet est le vecteur idéal de diffusion. Ce sont avant tout le référencement naturel et les campagnes SEM qui font venir nos clients. Par ailleurs nous avons eu une campagne agressive de recrutement d’affiliés si bien que la quasi-totalité des sites internet traitant du secteur travaillent avec nous.

Quel est le business model (Comment gagnez-vous de l’argent) ?

C’est tout simple : comme pour la plupart des business de leads, ce sont les pompes funèbres qui nous paient pour répondre aux demandes de devis qualifiées de leur département.

Quels sont vos besoins ?

Nous avions besoin d’assistance sur certains sujets et pour cela nous avons décidé de travailler avec un incubateur. Pour le reste, nous avons toujours compté sur l’autofinancement pour nous développer.

Quels sont les plans pour l’entreprise (revente, Ipo, rien du tout) ?

Idéalement rien du tout pour l’instant. Nous avons énormément d’idées de développement que nous souhaiterions mettre en oeuvre. Tant que nous avons les compétences, les moyens et les idées de porter Comitam plus loin, nous sommes heureux de continuer.

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

En effet, il y a toujours des concurrents : les idées sont souvent dans l’air et ne sortent pas de nul part.
Quand nous sommes arrivés, il y avait un site qui proposait de comparer des devis locaux et un autre proposant un unique devis. Depuis un an d’autres ont tenté l’aventure et ont tous arrêtés car ils avaient sous-estimés la difficulté de constituer un réseau qui chez nous est maintenant de 2000 agences de pompes funèbres en France. L’autre site qui proposait également plusieurs devis vient de se recentrer sur l’assurance obsèques.

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Nous avons donc deux concurrents sérieux. L’un des deux a presque quitté notre domaine de prédilection. Surtout il ne qualifie pas les demandes (rappel des familles). Du coup, les pompes funèbres sont envahies de fausses demandes et les familles sont livrées à elles-même là où deux minutes au téléphone peut avoir une valeur ajoutée encore plus importante que le devis.
L’autre propose un seul devis. Nous pensons que cela ne répond pas aux besoins des familles et que c’est d’avoir plusieurs propositions qui permet de comprendre les différences et de choisir ce qui est le mieux. D’autant qu’il y a beaucoup d’humain. Le meilleur tarif peut être rejeté s’il n’y a pas de “fit” avec le conseiller funéraire.

Où voyez-vous l’entreprise dans un an ?

Je pense que d’ici un an, nous serons incontournable sur les devis de pompes funèbres. C’est déjà la voie sur laquelle nous sommes. Par ailleurs nous aurons certainement commencé à lancer les nouveaux projets qui nous tiennent le plus à coeur et qui nous permettront véritablement d’être un acteur de référence de l’aide aux familles en deuil sur Internet.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 12 June 2018 par Camille Strozecki

Vous êtes entrepreneur ? Pour ajouter votre startup, il suffit de remplir ce questionnaire
Entrepreneurs :
Camille Strozecki, Matthieu Courson

One thought on “Comitam

loic le September 26, 2012 à 2:32 pm dit :

Je pense que l’affiliation est la meilleure stratégie sur un marché comme celui ci par contre je vois bien une petite campagne de 4×3 dans le métro parisien avec un slogan bien provocateur et une image bien explicite !
Comme ça juste pour le fun ;)

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: