Logo de la startup Nighty

Vous êtes nouveaux dans une ville ? Vous cherchez à découvrir l’ambiance locale ? La startup Nighty vous permet d’aller passer la soirée directement chez l’habitant !

Que proposez vous ?

Nighty est une plateforme de mise en relation de particuliers, qui permet aux nouveaux arrivants de rencontrer des locaux, dès leur arrivée sur place, en participant à des soirées chez l’habitant !

Comment avez vous eu l’idée ?

Nous étions sur le point de partir vivre à Lisbonne, et, comme beaucoup de jeunes dans notre cas, nous avions peur de ne pas rencontrer des personnes qui nous correspondaient vraiment…
Sachant que tous les jeunes adorent faire la fête, on a directement pensé à une plateforme qui permettrait aux locaux et aux étrangers de se rencontrer dans un cadre festif !

Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

L’engouement qu’a provoqué notre idée à chaque fois que nous l’avons présentée à d’autres jeunes, que nous connaissions ou non !

Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?

Nous travaillons à (plus que) plein temps sur ce projet depuis octobre 2017, donc 4 mois.

A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

Aujourd’hui, peu d’options s’offrent aux jeunes pour tisser de vrais liens avec des locaux lorsqu’ils arrivent dans une nouvelle ville : ils peuvent les aborder dans un bar ou en boîte, mais rien ne leur garantit qu’ils vont rencontrer quelqu’un qui leur correspond vraiment. C’est pour cela que nous avons imaginé Nighty !

Quel est votre cœur de cible ?

Nous nous adressons aux jeunes de 18 à 35, Erasmus, stagiaires étrangers, expatriés et touristes longue-durée, qui viennent d’arriver à Paris (pour l’instant). Notre application sera disponible dès avril 2017, et nous nous concentrerons, au début, sur la ville de Paris.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Via les réseaux sociaux. Nous disposons d’un réseau d’influenceurs (youtubers, instragramers, blogueurs etc…) très important, qui va permettre à Nighty de jouir d’une excellente visibilité dès son lancement.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous nous rémunérerons en effectuant un prélèvement sur chacune des transactions entre particuliers.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Nous développons une application et un site, en interne. La géolocalisation est un élément crucial sur nos plateformes.

Quels sont vos besoins ?

A l’heure actuelle, après avoir passé plusieurs mois à travailler sur notre projet “en chambre”, nous recherchons à intégrer un écosystème qui nous permettrait de nous enrichir aux contacts d’autres start-ups et d’experts.

Quels sont les plans pour l’entreprise (revente, Ipo, rien du tout) ?

TOP SECRET, mais si vous souhaitez en savoir un peu plus à ce sujet, n’hésitez pas à nous contacter ;)

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

Nos principaux concurrents sont VizEat, Airbnb (avec ses nouvelles expériences), Couchsurfing et Excuse MyParty.

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Tout d’abord, nous nous différencions en nous concentrant sur l’intégration des étrangers dans leur nouvelle ville.
Notre communication est, elle aussi, différente, car nous allons nous appuyer sur notre réseau d’influenceurs pour communiquer de façon innovante (on ne vous en dit pas plus pour ne pas gâcher la surprise !).

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

Je vais me répéter ! Mais : notre réseau d’influenceurs, et une application “mobile-first” qui permet de tout faire en quelques clics, depuis son smartphone.

Où voyez-vous l’entreprise dans un an ?

Leader des soirées cosmopolites chez l’habitant, à Paris.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 14 February 2017 par Nastasia Goudal

Entrepreneurs :
Employés : 4

Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: