Logo de la startup Meetserious

Le début d’année, c’est la saison des bonnes résolutions: et pourquoi pas essayer de ne pas rester célibataire ? Heureusement, j’aimelesstartups pense à vous !

Créé par une bande de joyeux lurons, Amine, Max, Juju, Ludo, Tom et Antho, Meetserious met votre – peut-être – future âme sœur à votre table.

Que proposez-vous ?

Meetserious est un nouveau concept pour les célibataires qui souhaitent faire des rencontres en privilégiant la dimension « réelle ». Il prend le contre-pied des sites de rencontre traditionnels puisqu’il permet de s’affranchir de la discussion par écrans interposés et de participer à des rendez-vous au restaurant entre 3 hommes et 3 femmes qui font directement connaissance autour d’un repas. La finalité du modèle est de revenir à des valeurs d’authenticité, de spontanéité et d’humanité pour les rencontres, dans un monde fortement « virtualisé » mais où Internet est, néanmoins, devenu le meilleur moyen d’optimiser son temps et de se créer des opportunités de rencontres.

Comment avez-vous eu l’idée ?

Par l’expérience très honnêtement ! Nous sommes jeunes, pas mariés et nous avons déjà eu à utiliser divers sites de rencontres puisque c’est une méthode qui tend, depuis quelques années, à entrer dans les mœurs des gens qui connaissent une période de célibat. Et donc malheureusement nous avons été très déçu par le côté froid, mercantile, chronophage et surtout parfois très décevant lors du passage du virtuel au monde réel.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

Plusieurs choses. D’une part le fait que le concept tel que nous l’avons ficelé n’existe nul part encore. D’autre part, le fait qu’à nous 6 nous n’avions besoin d’aucun prestataire pour le développer donc un coût de création plutôt faible. Et enfin, surtout, l’envie de relever ce challenge sachant pertinemment que nous serions confrontés à une des concurrences les plus dures qui est celle que l’on trouve dans le milieu de la rencontre sur Internet.

Depuis combien de temps avez-vous commencé ce projet ?

Nous travaillons dessus depuis un peu plus d’un an maintenant. Nous tenions absolument à ne pas nous précipiter pour proposer un service bien pensé, un site beau à voir et utiliser, des restaurants soigneusement choisis…

A quel besoin répondez-vous ?

Nous souhaitons offrir aux déçus des sites de rencontres traditionnels, mais aussi aux 60% de célibataires qui n’en ont jamais utilisé, une alternative qui leur permette de retrouver plus d’authenticité, plus de convivialité, plus d’instantanéité et plus d’humanité dans la rencontre.

Quel est votre cœur de cible ?

Ce terme ne nous correspond pas très bien car nous souhaitons vraiment que toutes les personnes seules, quelque soit leur âge (majeures cela dit), puissent se reconnaître dans nos valeurs.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Nous misons déjà beaucoup, en amont, sur les réseaux sociaux et le référencement. Nous avons en effet lancé, plusieurs mois avant la sortie du site, un blog ainsi que des comptes Facebook et Twitter nous permettant de véhiculer nos idées, profiter du bouche-à-oreille et recruter nos premiers membres via la “landing page” que nous avons mise en ligne au même moment.
Une agence de relations publiques nous assiste également au moins pour la période de démarrage du service afin d’obtenir des retombées dans la presse.
Nous réfléchissons également à accompagner tout ça de quelques opérations de street-marketing originales mais je ne peux pas en dire plus pour le moment…

Quel est le business model ?

Ce qui comptait avant tout pour nous, car ça fait partie de nos valeurs par rapport à l’amour, c’était de proposer un service de qualité et gratuit. Nous avons donc décider de nous placer plutôt en apporteur d’affaire pour nos restaurateurs partenaires avec lesquels nous négocions une commission sur les additions qui viennent de nos membres.
Ces derniers n’ont ainsi aucun abonnement, ni frais d’inscription ou de mise en relation avec les autres membres qui viennent s’ajouter au prix de leur repas, qui reste le même voire moins cher que pour les clients habituels de nos restaurateurs.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Nous avons développé nos plateformes en utilisant le framework Symfony. Nous allons ensuite sortir des applications mobiles pour iOS, Android, et peut-être Windows Phone, permettant notamment d’offrir un service personalisé grâce à la géolocalisation.

Quels sont vos besoins ?

L’essentiel du travail est fait pour nous déployer en Île-de-France. Nous aurons besoin très bientôt de pouvoir recruter par exemple des commerciaux pour proposer Meetserious en province sans trop attendre.

Qui sont vos principaux concurrents ?

Pas grand monde… Juste tous les sites de rencontre (rire)

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Nous avons vraiment voulu marquer une rupture devant la pléthore des services de rencontre en misant sur une communication plus drôle et plus proche des utilisateurs, un design perfectionniste, une attractivité et liberté plus grande, un concept plus humain, plus simple aussi. Et par dessus tout, notre ambition est de créer une communauté unie par l’envie de partage. C’est pourquoi nous avons aussi créer en quelque sorte la rencontre éthique : à chaque rendez-vous Meetserious organisé, nous reversons 10% de l’addition à une association caritative renouvelée mensuellement par le vote de nos membres.

Où voyez-vous l’entreprise dans un an ?

A vrai dire toujours à Paris, car ce serait une grande fierté pour nous que de réussir un beau projet en restant français. Mais on espère avec de plus grands bureaux et une plus grande équipe. Let’s see… enfin on verra bien je veux dire ^_^

Cette présentation de startup a été mise à jour le 10 January 2013 par Amine Katache

Vous êtes entrepreneur ? Pour ajouter votre startup, il suffit de remplir ce questionnaire
Entrepreneurs :
Amine, Max, Juju, Ludo, Tom et Antho

7 thoughts on “Meetserious

Amine le January 9, 2013 à 3:48 pm dit :

Merci pour la publication Corentin ! Je vous souhaite à tous une excellente année 2013 pleine de belles rencontres j’espère ;-)

Moncef le February 14, 2013 à 4:38 pm dit :

Concept intéressant. Vous avez parfaitement su cristalisé l’une des dérives de “nos rapports à l’autre”.

Dommage que vous supprimiez un problème pour en ajouter un autre. En effet, le concept de 6 invités qui ne se connaissent pas à tout de même un fort arrière gout de “L’ile de la tentation”,”Bachelor”,etc

N’avez vous pas peur de faire rencontrer des inconnus dans une atmosphère systématiquement tendu,éléctrique. Les mâles maladroit s’affrontent façon basse-cour tandis que les femelles gloussent manière poulailler…

Le désir de spontanéité dont vous faite référence est tout à votre honneur car c’est bien de spontanéité que nous manquons dans nos emplois du temps cadriller.

Maintenant comment faire pour créer une ambiance décontracter avec des gens qui ne se connaissent pas et qui risquent de se livrer à la chasse au plus bel oiseau de but en blanc, lors d’un dîner. Donc, sans préliminaires…

Je ne vous le souhaite pas, mais pour moi, en l’état actuel des choses, votre projet ne peut fonctionner car il fait tout simplement peur. Il y a un combat idéologique que vous vous appréter à mener et je serai clairement de votre côté.

Je n’ai malheuresement pas de propositions pertinentes à vous formuler. Je ne manquerai pas de le faire si ça devait changer !

Bien Cordialement

Moncef Belguechi

Amine le June 4, 2013 à 6:49 pm dit :

Salut Moncef,

Merci pour cet avis très élaboré et qui colle parfaitement à nos problématiques avec le concept innovant qu’est Meetserious.

Tu n’es pas le premier à nous poser cette question quant à la “concurrence effrénée” qu’il pourrait y avoir entre les 3 hommes d’un rendez-vous qui ne s’intéresseraient qu’à une seule femme de la table (et vice versa bien sûr…)

Si nous avons choisi d’organiser nos rencontres par 6 c’était notamment pour ça. En effet, le fait d’être un petit groupe qui n’est ni trop nombreux pour que ça soit la foire ni trop intimiste pour que ce soit intimidant (même au cas où il manquerait un des participants) crée une ambiance pour la première rencontre qui est plus conviviale et bon enfant que vraiment accès drague. Le petit recul que nous avons désormais nous montre bien que nos célibataires vont à nos dîners avant tout pour passer une bonne soirée avec des personnes qui sont dans le même cas qu’eux certes mais d’abord pour établir un premier contact spontané et essayer de voir s’ils partagent des atomes crochus avec certains des célibataires présents.

De plus, une autre chose que nous avons ajouté justement pour décomplexer nos rencontres directes dans les restaurants est la mise en place d’une messagerie post-rdv qui permet ensuite à ceux qui veulent garder contact mutuellement de pouvoir le faire après le dîner pour ne pas faire le/la lourd(e) à un dîner et gêner une personne qui ne voudrait peut-être pas garder contact avec elle…

Frédérique le November 9, 2013 à 2:20 pm dit :

Beau projet et beau concept. En plus le site est très agréable à utiliser. Mais il semble y avoir peu à peu de la concurrence dans cette niche. Il y a des sites concurrents qui propose aussi des rencontre dans des bars, ce qui peu convenir à un autre public et peut-être aider des membres à “s’enfuir” plus tôt si les membres sont trop “bizarres”.

Concept naturel de rencontres le November 9, 2013 à 11:38 pm dit :

En effet Frédérique, il commence à y avoir de plus en plus de concurrence sur ce type de rencontres car la demande de la part des célibataires est bel et bien présente mais nous pourrons toujours nous targuer d’avoir été les premiers à le proposer :-)

Emma le January 16, 2015 à 4:31 pm dit :

Wow j’admire l’estétique du site, un pur bonheur. Jolie travail et celui-ci à l’air apprament de durer dans le temps, bravo !

Marion le January 24, 2019 à 3:33 pm dit :

Le marché des rencontres en ligne a bien changé en quelques années. Aujourd’hui presque tout le monde passe par des applications …

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: