Logo de la startup KARMA

La startup Karma a créé une plateforme spécialisée dans les offres d’interim.

Que proposez vous ?

Karma propose un service d’intérim entièrement digitalisé et facilité.
Pour le recruteur, Karma lui permet de trouver un intérimaire en un temps record : 3 minutes lui suffisent pour ouvrir une mission (définition du besoin, de l’amplitude horaire, des déplacements envisageables…). Puis, il faut compter seulement 17 minutes pour pourvoir la mission – de la sélection du candidat à la signature du contrat -, contre 48 heures dans une agence traditionnelle. C’est aussi via la plateforme que le client valide les bordereaux d’heures, suit sa « consommation mensuelle » sur un tableau de bord, reçoit sa facture dématérialisée, etc.

Pour le candidat, Karma lui permet de trouver des missions simplement et via son mobile : le candidat crée un profil standardisé et coche ses compétences à partir de menus déroulants, indique son taux horaire, etc. Après avoir complété son profil, il est immédiatement employable, et dispose d’une heure pour accepter les missions soumises. Signature de son contrat, saisie des bordereaux d’heures…. Tout se fait directement dans l’application.

Et, à chaque moment-clé de la mission, des notifications push et SMS sont envoyées par Karma aux candidats/entreprises pour une collaboration sereine, et sans point de friction !

Créée en 2018, Karma compte plus de 40.000 profils qualifiés, une cinquantaine de clients fidèles. Près de 2000 missions ont déjà été pourvues.

Comment avez vous eu l’idée ?

Derrière la solution karma, il y a la société Kobaltt, spécialiste de l’intérim et du recrutement depuis 2001. En 18 ans, le fondateur de Kobaltt a vu le marché évoluer, et le smartphone a complètement chamboulé les usages en matière de recrutement.
Aujourd’hui, 72% des français possèdent un smartphone et plus de 61% l’utilisent pour chercher un emploi. Quant à lui, le marché de l’intérim pèse plus de 24 milliards d’euros et rassemble plus de 800.000 intérimaires par jour. C’est à la croisée de ces deux univers qu’est née l’idée de Karma : proposer un service dématérialisé qui répond aux attentes et aux nouvelles habitudes des recruteurs et des chercheurs d’emploi. Une solution plus rapide, plus fluide et plus transparente.

Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

Les chiffres du marché, les nouvelles habitudes et usages des recruteurs/candidats, en constante recherche de facilité et de rapidité, ont convaincu le fondateur de créer Karma.

Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?

L’application a été lancée en 2018. Depuis, le produit ne cesse d’évoluer : de nouvelles fonctionnalités sont développées pour faciliter davantage le process et fluidifier l’utilisation.

A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

Pour l’entreprise, Karma répond à des besoins urgents de recrutement – notamment dans les secteurs Hôtellerie-Restauration, BTP, Transport, Retail – ou encore de trouver des profils performants dans des métiers pénuriques.
Pour le candidat, l’application lui permet de trouver un job facilement. Karma lui garantit à la fois l’égalité de ses chances – via une candidature normalisée -, mais aussi son autonomie – puisqu’il fixe lui-même son salaire et est libre de refuser une mission.

Le service 24/7, le gain de temps et la suppression des tâches administratives séduisent recruteurs et candidats.

Quel est votre cœur de cible ?

La solution se destine à tous types d’entreprises, de TPE à grands groupes, dans les secteurs Hôtellerie-Restauration, BTP, Transport, Retail, Santé et Tertiaires.
Et côté côté candidats, Karma s’adresse à des profils ayant développé des compétences terrain et des soft skills dans les mêmes secteurs d’activité.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Des business developers ont été recrutés pour toucher les recruteurs et leur proposer la solution Karma. Des démos en live sont présentés aux prospects.
Les réseaux sociaux comme Linkedin ou Twitter sont alimentés pour donner de la visibilité.
Un travail de SEO et des campagnes ads sur Google sont lancés régulièrement pour ressortir sur le moteur de recherche.
Karma dispose également de son propre trading desk afin de diffuser à travers de nombreux sites internet son offre BtoB.
Enfin, côté recruteurs, Karma profite du réseau Kobaltt : des emailings sont envoyés aux clients ponctuellement.

Concernant les candidats, des campagnes d’acquisition sur les réseaux sociaux et sur Google ont été lancées sur la période de lancement.
Des publications régulières sur Facebook et Instagram sont postées.
Des chargés de recrutement sont amenés à « chasser » des profils sur les job boards.
Enfin, le bouche à oreille est un excellent canal d’acquisition de candidats chez Karma.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?

Karma est totalement gratuit pour les candidats. Les entreprises ne paient seulement ce qu’elles consomment : nous appliquons un coefficient sur le salaire horaire de l’intérimaire.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

L’application a été développée sous Titanium.
Le site web et le back office sont sous WordPress.
Une deuxième version est prévue prochainement avec des technologies plus à la pointe pour être encore plus performant (Angular, Symfony, Swift, Java)

Quels sont vos besoins ?

Toujours plus de clients et de candidats…

Quels sont les plans pour votre startup (revente, Ipo, rien du tout) ?

Nous n’avons prévu ni revente, ni de levée de fonds pour le moment. L’idée est avant tout de continuer à développer Karma et de construire une belle aventure humaine.

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

Bruce, Iziwork, Staffmatch

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Seule solution à rendre le recrutement intérimaire 100% digital, Karma couvre l’intégralité du parcours de recrutement : création du compte, signature du contrat, saisie/validation des relevés d’heures, etc… l’utilisateur peut tout faire directement dans l’application.
Autre argument de différenciation : Karma n’est pas un jobboard. Aucune offre n’est diffusée publiquement sur la plateforme. C’est toujours l’entreprise qui choisit ses candidats. Le recruteur ne gère plus la réception des candidatures : seuls les profils qui « matchent » lui sont proposés. Un gain de temps pour lui. D’autant plus que si le candidat sélectionné accepte la mission, le contrat est signé directement, en quelques minutes seulement.
Un tableau de bord lui permet même de suivre sa “consommation mensuelle”.

Aussi, derrière Karma, il y a toute l’expertise de la société Kobaltt. Les contraintes des recruteurs, les démarches administratives, les process, etc… sont bien connus et assimilés par les équipes Karma.

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

Notre capacité à recruter dans l’urgence, un process 100 % dématérialisé, un service accessible 24/7 et un bagage de 18 ans d’expérience dans l’intérim.

Où voyez-vous votre startup dans un an ?

Nous comptons doubler notre chiffre d’affaire en 2020 ! Pour atteindre cet objectif, nous recrutons actuellement de nouveaux Business Developers, des Key Account Managers et des Customers Success.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 1 September 2019 par Semssoum Malika

Vous êtes entrepreneur ? Pour ajouter votre startup, il suffit de remplir ce questionnaire
Entrepreneurs :
Ahmed OTMANE
Employés : 130

Retrouvez toutes les autres startups de Paris


Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: