Logo de la startup UBLEAM

Grâce au bleam, vous pouvez ajouter de la réalité augmentée à n’importe lequel de vos objets :

Que proposez vous ?

Ubleam simplifie l’usage des objets grâce à une solution intuitive en réalité augmentée sur mobile.
Grâce au scan du logo intelligent, appelé Bleam, l’utilisateur accède instantanément sur son mobile aux services proposés par le fabricant via une interface en réalité augmentée .

Comment avez vous eu l’idée ?

Le Bleam résulte de la limite des autres moyens d’identification comme la RFID, le QR code ou encore le code barre.
Comment apporter de la valeur ajoutée aux objets tout en mobilité et en facilitant les usages.
Samuel Boury et Olivier Mezzarobba se sont lançés avec le concept de Bleamcard en 2011: la carte de visite digitale

Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

Nous étions convaincu de la technologie et surtout on répondait à un vrai besoin du marché.

Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?

depuis 2011

A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

.Les fabricants ont besoin de communiquer avec leur réseau d’installateur ou encore revendeur de manière à les fidéliser tout en étant mobile.
L’application Ubleam intégrable dans celle du client via un système de SDK permet de répondre à ce type de problématiques plus facilement.

Quel est votre cœur de cible ?

Notre solution s’adresse aussi bien à des fabricants de produits pour répondre à des problématiques de gestion de la relation client B2B ou encore à des industriels pour faciliter les process d’installation et de maintenance des équipements.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Nous participons chaque année à de nombreux salons comme Smart Industrie en Mars 2018 à Paris ou encore via notre site internet. Nous produisons du contenu web adapté à notre cible pour faire connaitre nos différents types d’application métier.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?

Notre business fonctionne sous forme d’abonnement en fonction de la quantité de bleam et d’objets nécessaire au projet.
Notre équipe vous accompagne aussi en mode projet si vous avez des besoins spécifiques en matière d’application mobile ou encore d’intégration avec un service tierce.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Nous utilisons une technologie brevetée 3D d’identification que l’on appelle le Bleam, une application mobile disponible sur l’ensemble des stores et une plateforme IoT qui permet de piloter l’ensemble des outils et de configurer en fonction de votre projet les missions de vos agents.

Quels sont vos besoins ?

Nous recherchons des compétences commerciales et techniques tout au long de l’année.

Quels sont les plans pour l’entreprise (revente, Ipo, rien du tout) ?

développement européen

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

Zappar, Plattar, Ermeo, Kizeo, Praxedo

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Une technologie inégalée en terme de performance et un service client efficace.

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

La scalabilité de la technologie, le prix de la solution relativement abordable, et la facilité de mise en place d’une telle solution dans des environnements parfois très cloisonnés.

Où voyez-vous l’entreprise dans un an ?

Nous venons de boucler une levée de fond en Avril 2017 pour accélérer le déploiement en France et en Europe. Nous espérons devenir d’ici 1 à 2 ans leader sur le marché de la réalité augmentée .

Si vous avez vu une faute de frappe ou d’inattention, n’hésitez pas à nous la signaler en selectionnant le texte en question en cliquant Ctrl+Enter.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 19 October 2017 par PECASTAINGS MANON

Entrepreneurs :
MANON PECASTAINGS
Employés : 18
Levée de fond
1,25 Millions d'euros

Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: