blog

La SCOP est-elle le futur des startups ?

Spoiler alert : Oui, au moins pour une bonne partie !

Le réseau des Scop (Société coopérative et participative) en France vient de lancer le site https://www.start-scop.fr/ spécialisé dans la création,  l’accompagnement et le financement de start-up coopératives et participatives.

Et c’est l’occasion parfaite pour parler de cette forme juridique, méconnue et pourtant très en phase avec l’air du temps et le discours de nos “good startups” !

Avant tout, il convient de préciser ce terme barbare : Forme Juridique.

Il s’agit du type d’organisation que vous choisissez pour encadrer votre entreprise au sens du projet, de votre dessein !

Si vous avez une petite activité et que vous assumez seul, il est logique que vous deveniez micro-entrepreneur.

Si vous êtes plusieurs mais que la recherche de bénéfice n’est pas une finalité, vous devriez vous tourner vers l’association.

Si vous souhaitez ouvrir un Hedge Funds avec vos camarades trader, vous allez vraisemblablement créer une SAS. (NDLR, Étant donné le contexte économique, nous ne vous recommandons pas de créer un Hedge Funds)

Mais si vous souhaitez gérer votre projet de startups à plusieurs en alliant la recherche de bénéfice et une garantie de l’équité dans les grandes décisions ainsi que pour la redistribution d’éventuels bénéfices.

En effet, une SCOP est une SARL, SAS ou SA qui doit répondre à des critères supplémentaires :

La majorité des associés de la SCOP doivent être salariés de l’entreprise. Plus précisément : 51% des parts et et 35% des droits de votes doivent être détenus par les salariés.

Lors de la distribution des bénéfices l’entreprise doit effectuer des versements selon quelques règles :

1 – 25% minimum doivent être reversés aux salariés (associés ou non). Évidemment, il peut y avoir des différences selon le poste occupé, l’ancienneté, le taux horaire etc … tout comme dans une entreprise classique.

2 – 16% minimum sont mis en réserve dans les fonds de l’entreprise afin d’assurer les projets futurs.

3 – Le versement des dividendes est quant à lui plafonné à hauteur de 33% des bénéfices.

Si certaines de ces règles peuvent effectivement dérouter certains investisseurs recherchant une rentabilité minimum très haute et très rapidement. Et vous obliger à bien travailler votre  levée de fond !

Cela peut au contraire intéresser des investisseurs soucieux de l’impact des projets dans lesquels ils investissent leurs deniers.

En conclusion, si vous êtes en train de créer un boite, le choix de votre statut doit être fait selon votre activité et surtout selon la manière dont vous souhaitez vous développer.

Si vous pensez que les scop sont encore des entreprises pour agriculture et artisans, jetez un oeil à l’agence Artishoc spécialisée dans les sites culturels. Si vous pensez que les scop ne peuvent pas être des licornes, jetez un oeil à Biocoop.

Plus d’info sur la création et le financement.

Vous trouverez aussi plein d’info sur le site de la confédération générale des Scop : http://www.les-scop.coop/

Cet article est sponsorisé

Si vous avez vu une faute de frappe ou d’inattention, n’hésitez pas à nous la signaler en selectionnant le texte en question en cliquant Ctrl+Enter.

Ce billet d'humeur d'entrepreneur a été mis à jour le 14 February 2019 par J'aime les Startups


Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: