Logo de la startup Doog, l'appli qui rend la location d'objets plus simple que l'achat !

Doog vient de faire entrer la location dans l’ère du mobile. C’est le tinder de la location :

Que proposez vous ?

S’inspirant des plus grandes réussites de ces dernières années, Doog propose un service simple, design et intuitif permettant à ses utilisateurs de louer, en toute sécurité, n’importe quel objet. Cette startup française a pour ambition de révolutionner notre manière de consommer, en proposant une alternative à l’achat dans une logique responsable et économique.

Comment avez vous eu l’idée ?

Lors de vacances dans le sud de la France, nous avons voulu faire un tennis. Seulement, nous n’avions pas pris nos raquettes. Nous avons donc cherché s’il existait un service où nous pourrions en louer mais nous n’avons rien trouvé. C’est de là que nous avons décidé de créer une application de location d’objets pour les particuliers.

Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

On avait déjà en tête depuis quelques années qu’un jour, on créerait notre startup. Ayant tous les 2 fait nos études en alternance, on avait déjà pu se faire une idée de ce que c’était de bosser dans une grosse entreprise et ce n’était franchement pas notre truc. Alors pourquoi repousser à plus tard ce qu’on pouvait faire dès maintenant. Cette mésaventure dans le sud a servi d’électrochoc et on s’est mis dès notre retour à travailler l’idée !

Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?

On a commencé à travailler sur ce projet fin 2015 car on a dû se former de A à Z. On a appris à développer, à designer, à s’occuper de l’administratif, du juridique, etc. Il y a donc eu une longue phase d’apprentissage qui n’a vraiment pas été simple. Heureusement, aujourd’hui avec internet, on peut vraiment tout apprendre ! Ce n’est qu’en septembre 2017 qu’on a sorti notre première version de l’application.

A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

Doog met en relation des propriétaires d’objets (poussette, raquette de tennis, enceintes, drone ou encore Nintendo switch) avec des locataires désirant utiliser ou tester des objets sans avoir à les acheter, le tout dans le cadre d’une consommation responsable !

On en aurait pour la nuit si l’on devait lister tous les objets présents sur Doog !

Quel est votre cœur de cible ?

Nous ciblons principalement les 20-35 ans, étudiants ou jeunes actifs, vivant en milieu urbain. Après Doog reste évidemment accessible à tout le monde. On est d’ailleurs ravi de voir des utilisateurs bien plus âgés se servir de notre service régulièrement !

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Nous sommes actuellement en autofinancement, nos moyens sont donc serrés. On cherche donc à être un peu ingénieux afin de nous faire connaître. Cela passe par de la diffusion de communiqués de presse, de l’échange article avec des startups mais aussi du street marketing ainsi que des campagnes Facebook/Instagram. Il y a évidemment de nombreux autres leviers comme le parrainage, etc.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?

Chaque transaction comporte une commission de 20% comprenant l’assurance, les frais bancaires, les garanties de la plateforme en terme de sécurité, sa maintenance et son développement.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Nous avons développé une application hybride (iOS et Android) sur Cordova pour notre front end. Côté back end, nous profitons d’une grosse partie des fonctionnalités de Symfony, installé sur des serveurs Google Cloud.

Quels sont vos besoins ?

Doog vient d’effectuer une très grosse mise à jour de son service avec de nombreuses nouvelles fonctionnalités. À présent, nos besoins sont essentiellement liés à de l’acquisition clients. Nous cherchons donc par tous les moyens à nous faire connaître. Pour cela, nous souhaiterions effectuer une première levée de fonds d’ici octobre/novembre.

Quels sont les plans pour l’entreprise (revente, Ipo, rien du tout) ?

Pour le moment, nous ne pensons pas à une revente. Nous souhaitons développer ce pan de l’économie collaborative au maximum et avons encore plein d’idées pour y arriver. Pourquoi pas un jour une collaboration avec Airbnb ou Leboncoin.

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

Nous avons quelques concurrents tels que Zilok, E-loue, Allovoisins ou E-loue. Mais la concurrence est stimulante et nous comptons bien nous démarquer des autres avec plus de sécurité et plus de services.

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Nous nous démarquons de nos concurrents avec :

– des process 100% dématérialisés (zéro papier à imprimer)
– un tinder d’objets, suggérant des idées d’objets à mettre à la location
– un algorithme de suggestion de prix
– la meilleure assurance du marché grâce à notre partenariat avec AXA
– et même la possibilité de se faire livrer

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

Notre application répond aux dernières tendances d’UI/UX. En plus de cela, nous proposons un service ultra sécurisé avec la vérification des profils, des objets, en complément à l’assurance et au montant de caution.

Nous cherchons à nous éloigner au maximum du terme “location d’objets”. Une fois sur l’application, vous devez indiquer vos centres d’intérêts (musique, sport, mode, etc.). Doog vous fait ensuite découvrir des centaines d’activités adaptées à vos goûts, vos besoins, vos envies.

En cliquant sur une activité, l’appli vous présente tous les objets nécessaires pour la réaliser.

Si vous vous rendez par exemple sur “Accrocher un tableau à un mur”, l’application vous présentera toutes les perceuses, marteaux et escabeaux environnants.

Les activités sont très variées et certaines mêmes insolites. Allant de la soirée karaoké dans votre salon à la balade en SoloWheel, vous trouverez aussi tout le nécessaire pour cuisiner comme un grand chef.

Où voyez-vous l’entreprise dans un an ?

Nous croyons sincèrement que la location d’objets est bénéfique pour tout le monde. Si elle devenait une habitude, notre monde irait probablement mieux. Notamment d’un point de vue écologique, mutualiser nos biens, c’est éviter d’en produire de nouveaux et ça, pour la planète c’est énorme. C’est pourquoi nous souhaitons vraiment que la location d’objets se démocratise, que se soit Doog ou un autre service d’ailleurs ! 🙂

Cette présentation de startup a été mise à jour le 11 July 2018 par Charles du Cluzeau

Entrepreneurs :
Charles-Edouard du Cluzeau & Maxime Auger
Employés : 3

Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: