Certaines startups sont plus inspirantes que d’autres. Citytaps installe des compteurs d’eau avec micropaiement dans des régions sans l’eau courante.

Que proposez vous ?

Notre vision est de permettre à tous les urbains d’avoir accès à l’eau courante à domicile. Nous vendons aux opérateurs d’eau des pays en développement un compteur d’eau à micropaiements relié à un logiciel de facturation.

Comment avez vous eu l’idée ?

Grégoire, CEO: j’ai travaillé dans plusieurs pays d’Afrique et ai observé les difficultés que rencontrent les personnes pour avoir accès à l’eau: ceux qui sont déjà abonnés font face en fin de mois à des factures qu’ils ne peuvent pas payer et risquent à tout moment d’être déconnectés tandis que ceux qui ne sont pas intégrés aux réseaux d’eau se procurent avec beaucoup de difficultés une eau plus chère et de bien moins bonne qualité. Par ailleurs, j’ai conseillé plusieurs opérateurs d’eau sur leur stratégie de développement avec un constat récurrent: l’argent leur fait défaut, ce qui les empêche d’offrir un service d’eau de qualité à tous.

Qu’est ce qui vous a convaincu de vous lancer et de créer ce projet ?

De par mon expérience professionnelle en Afrique, j’ai une très bonne connaissance des enjeux financiers des opérateurs d’eau. Cette expertise jointe à mes convictions humanistes et féministes – les femmes sont les premières préposées à la corvée d’eau – m’ont convaincu de me lancer dans ce projet.

Depuis combien de temps avez vous commencé ce projet ?

Nous avons lancé notre premier projet pilote de 135 compteurs à Niamey, au Niger, en 2016. Nous en installons actuellement 1325, à Niamey.

A quel besoin répondez vous (Pourquoi vos clients ont-ils besoin de votre produit/service ?)

Près d’un milliard d’urbains n’ont pas accès à l’eau courante à domicile. Ils souffrent d’une taxe en temps – les femmes et les filles passent plusieurs heures par jour à aller chercher de l’eau-, en argent – ils dépensent jusqu’à 15 fois plus dans des solutions alternatives – et en santé – 443 jours d’école en tout sont manqués pour maladies hydriques par an. Le compteur que nous proposons leur permet d’avoir accès à domicile à une eau beaucoup moins chère et saine. D’autres urbains, déjà abonnés, ne parviennent pas à payer les factures en fin de mois et risquent à tout moment d’être déconnectés. Le système de micropaiement leur permet de prépayer pour leur eau et ainsi, met fin à l’accumulation de leurs dettes. Enfin, le logiciel de facturation auquel sont connectés les compteurs permet aux opérateurs d’eau d’avoir une bonne visibilité sur le parc de compteurs, d’identifier les fuites et d’actionner à distance la distribution de l’eau.

Quel est votre cœur de cible ?

Nous vendons nos compteurs aux opérateurs d’eau des pays en développement pour que ceux-ci intègrent un maximum d’urbains à leurs réseaux. En raison de l’incapacité chronique de nombreux abonnés à payer leurs factures mensuelles ainsi que des nombreuses fuites, les opérateurs d’eau manquent de fonds pour investir dans de nouvelles infrastructures. Grâce à notre solution, ils augmentent leurs fonds de roulement et peuvent investir.

Comment allez-vous vous faire connaître de vos clients ?

Nous avons déjà un partenariat en place avec la Société d’Exploitation des Eaux du Niger (SEEN), filiale de Veolia. Par ailleurs, nous sommes actuellement en discussion avec une quinzaine d’opérateurs d’eau en Afrique, Asie et Amérique Latine.

Quel est le business model Comment gagnez-vous de l’argent ?

Nous vendons le compteur aux opérateurs d’eau. Ceux-ci payent le compteur à la commande puis un abonnement mensuel par compteur.

Quelles sont les technologies que vous utilisez ?

Notre solution, CTSuite, est composée de deux éléments:
– le CTMeter, un compteur connecté et à micropaiement qui mesure la consommation d’eau et transmet les données en temps quasi-réel au logiciel CTCloud. Il ouvre et ferme l’accès à l’eau en fonction du crédit de l’abonné.
– le CTCloud, un logiciel qui collecte les informations de paiement ainsi que les données de consommation du CTMeter et qui contrôle l’accès à l’eau. Il détecte les fuites et les comportements anormaux afin de réduire les pertes en eau et permet à l’opérateur d’eau d’actionner à distance la distribution de l’eau.

Quels sont vos besoins ?

Nous avons lancé notre première campagne de levée de fonds par actions sur Sowefund (bit.ly/CityTaps). Nous levons actuellement 1.5 million d’euros afin d’une part de structurer notre équipe commerciale et ainsi gagner de nouveaux contrats et d’autre part, de continuer notre R&D pour réduire nos coûts de production. Vous pouvez devenir actionnaire de CityTaps à partir de 100€.

Qui sont vos principaux concurrents ? (Si si, il y a toujours un concurrent)

Nos concurrents sont les fabricants spécialistes des compteurs à prépaiement mais non-communicants.

En quoi vous démarquez vous de vos concurrents ?

Nous offrons le seul compteur qui soit à la fois à prépaiement et communicant et qui intègre le mobile money et l’analytique.

Quels sont vos avantages par rapport à vos concurrents (vous avez le droit à un joker pour cette question)

Nous avons une bonne connaissance du métier des opérateurs d’eau, ce qui nous permet d’élaborer une stratégie performante. Nous bénéficions aussi d’une équipe pluridisciplinaire qui a des compétences tant en comptage ou radiorelève qu’en mobile money, analyse de données et développement de logiciel.

Où voyez-vous l’entreprise dans un an ?

D’ici un an, nous voulons encore élargir les fonctionnalités du produit et vendre à plusieurs compagnies d’eau dans le monde.

Si vous avez vu une faute de frappe ou d’inattention, n’hésitez pas à nous la signaler en selectionnant le texte en question en cliquant Ctrl+Enter.

Cette présentation de startup a été mise à jour le 13 June 2018 par Grégoire Landel

Entrepreneurs :
Grégoire Landel
Employés : 9
Levée de fond
1.5 million

Pas encore de commentaire.

Ajouter une remarque constructive et pertinente

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: